Le point de vue (dépôt scam)

On a répertorié une bonne vingtaine de thématiques différentes dans l’histoire de la littérature mondiale. En deux mots: tout a déjà été écrit. Alors, pourquoi écrire ?
Ce qui caractérise l’écriture, comme tout travail artistique, toute démarche de création, au-delà des genres, styles, techniques, courants qui sont des langages, me semble-t-il, c’est le point de vue. L’endroit, par exemple, où l’on décide de placer la caméra : plongée ou contre-plongée. La focale : gros plan ou plan large. Le regard.

Le regard, au-delà de pathologies type myopie ou presbytie (humour !), est un alliage bizarre, résultante de l’éducation scolaire ou non, familiale, de culture « officielle » ou non, de vécu,… Et ce, dans des proportions infiniment variables.
Il implique ainsi la place physique que l’auteur occupe dans le monde. Suis-je à 10 centimètres ou à 10 kilomètres de la chose racontée ? Quelle est la part de moi dans cette histoire racontée ? Quelle est la traduction que j’en fais (retour à l’alliage bizarre) ? Quels sont les filtres que j’utilise, consciemment ou non, pour traduire cette histoire dont la thématique a déjà été abordée des milliards de fois ?
Ainsi, le problème n’est pas tant le sujet, qui pourrait même n’être qu’un prétexte à écrire, que la manière dont on va amener/emmener le lecteur dans sa vision du monde.

Et si on disait que : Écrire, c’est regarder dehors et écouter dedans.

 IMG_0098

(en complément, lire « Les détails comme porte parole de sa singularité »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s