Grand Chef et les deux sœurs

Vendredi, fin d’aprem, le bistrot près du fleuve. L’Autre, il était à sa place, dedans, la tête au-dessus du clavier. Une poussée dans le dos, il se retourna. La tête de Grand Chef  au-dessus de son épaule gauche qui lui dit qu’ils étaient dehors. Il les rejoignit, s’assit en face d’eux. La Belle-au bois-dormant posa sa main sur la cuisse de Grand Chef. Elle leur dit que sa sœur devait les rejoindre. Ils commandèrent un liégeois, un caffè coretto et un chocolat chaud.
Samedi matin, l’Autre, la tête engorgée par les cinq ou six ou sept  moscatel de la veille, pédalait vers Montegnée, passa devant l’abribus. Le Black qui aurait pu être bluesman de l’autre côté de l’Atlantique était sur le trottoir d’en face, sur le pas de la porte du paki, une cara en main. La journée serait longue !
Quand la Petite les rejoignit, ils commandèrent un liégeois, une anisette et deux moscatel. Les two sisters se rapprochèrent pour leur tête-à-tête tout en douceur. Echange de mots complices, presque front contre front, longues mèches blondes emmêlées. La Petite et la Belle-au-bois-dormant. C’était l’Autre qui les avait baptisées ainsi. Sans raison, comme ça. Parce que ça leur allait bien… il ne savait pas qui était l’aînée de l’autre. Voilà, c’était comme ça et ça ne changerait rien à son récit. Il n’allait quand même pas  expliquer aux two sisters le pourquoi des images dans sa tête à lui ! Ça faisait de belles images pour ses mots à lui. Point.
Grand Chef, ça venait de leur père ou de leur grand-père.

Samedi, début d’aprem, l’Autre se traînait un cafard d’après gueule de bois. Pas vraiment un état dépressif, rien qu’une fatigue grise. En face de lui, de l’autre côté de la vitre, sur la banquette d’en face, un mec de quarante balais avec gilet cycliste orange fluo, chapeauté d’une casquette Diables Rouges, un album Panini sur les genoux. Il attendait sa mère. Il l’avait dit à l’Autre une heure avant. Son album glissa, s’étala sur le sol. La journée n’en finissait pas.
La veille, toujours la terrasse du bistrot près du fleuve. La Petite s’était mise à l’anisette, comme Grand Chef, et se lança dans la fabrication de cigarettes aromatisées. Elle fit passer. L’Autre, il se souvint de son dernier pétard en avril.
C’était au Mali. On lui avait dit que l’herbe de là-bas était plus douce que l’herbe d’ici. Après trois ou quatre taffes, il s’était levé dignement pour regagner sa chambre. Il s’était étendu, les yeux voilés, le regard perdu dans le désert du plafond, ne s’était relevé qu’une heure plus tard, avait regagné le monde de dehors. Dignement. Il s’imagina étendu sur le sol ici, avec les pieds étonnés des trois sous le nez. Après trois ou quatre taffes, il fut soulagé et commanda une tournée. Lui, ça serait moscatel encore. Les yeux de la Belle-au-bois-dormant passait silencieusement de l’un à l’autre, un océan de tranquillité venait s’échouer dans leurs yeux à eux. La Petite, elle, speed-speed se penchait vers l’un ou l’autre afin que le corps suive l’argumentation de ses mots. Deux anisettes, un liégeois et un moscatel.
Samedi, début de soirée. L’Autre dirigeait son vélo vers le rond-point  à traverser pour entamer la descente sur la ville quand un brouhaha de klaxons deux tons et de pneus crissant résonna sous le ciel gris de la journée qui n’en finissait plus. Une vingtaine de voitures et une moto se coursaient sur un tour de rond-point. Des bustes de mec aux bouches grandes ouvertes sortaient des fenêtres, coté passager. Aucun son discernable. Trop de klaxons deux tons et de pneus qui crissent. Ayant arrêté de pédaler sur le bord du rond-point, attendant de trouver une brèche dans le flux de Golf et de BMW, il soupira devant ce spectacle pitoyable mettant en scène un déferlement d’hormones exclusivement mâles. Flash. Il se souvint de Bernard et lui se coursant sur le viaduc Reyers à Bruxelles, pare-choc avant contre pare-choc arrière. Avec sa R4 à lui, moins puissante, qui subissait les coups de butoir de la R10 verte de Bernard. Des petits bons en avant à plus de 130km/h. Ses yeux se réapproprièrent le rond-point et son cercle ininterrompu de klaxons hurlant et de pneus crissant . Il sourit.
Quand il arriva rue Feronstrée, une petite colonne de skaters adolescents roulaient à contresens. A leur tête, une voix de presque encore une petite fille qui chantait sous le ciel gris foncé.
La veille, ils se quittèrent vers 21 heures, après deux ou trois dernières tournées. A chaque fois la der de Der. La Petite demanda à Grand Chef s’ils pouvaient la reconduire chez elle. Sa silhouette était devenue toute fragile, hésitante. La Belle-au-bois-dormant enveloppa la silhouette de ses épaules. La silhouette se retourna et fit un petit signe de la main à l’Autre.
Le trio disparut vers les berges du fleuve. Ce n’était pas un problème pour Grand Chef, il avait le sens de l’orientation.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s