Catégorie : Mes ateliers d’écriture

Réflexions d’un animateur d’atelier d’écriture, d’un enseignant et d’un auteur

Moi, je (proposition d’un atelier d’écriture à l’AKDT)

On partira du postulat suivant : tout récit est autobiographique (du moins partiellement, à des degrés divers). Dans cet atelier d’écriture, on s’évertuera à devenir le metteur en scène de ses propres histoires.

Au début, on mélangera ses mots et ses bouts de phrases à ceux des autres, histoire de se ménager, de se cacher, de se protéger dans un anonymat collectif. Au début, il s’agira donc de s’affranchir du poids des mots afin de dédramatiser leur portée. On expérimentera des techniques basées sur la redécouverte du mot (son/sens), sur les jeux de mots. Ensuite il s’agira de zoomer autour de soi afin de rendre compte de son propre univers. Ensuite, on étoffera son imaginaire en solo en regardant autour de soi, en soi, en se servant des 5 sens afin de construire sa propre grammaire, son écriture personnelle.
Cet atelier d’écriture propose aux écrivants de mettre des mots sur leurs émotions, leurs vibrations grâce à une dizaine d’exercices qui mèneront à autant de textes. Excercices qui permettront également de ne pas pas assommer le lecteur à coups d’émotions, de mettre à distance ces fameuses émotions afin de construire des récits dans lesquels d’autres pourront se retrouver.
Ce travail sur le zoom s’appuie sur une technique, la liste de course (d’après Georges Perec), qui permet de ne pas s’enfermer, dès le départ, dans un texte à enjeu(x). On parlera aussi du point de vue, de l’endroit où l’on pose sa caméra afin d’y déposer ses mots en toute quiétude.

Après une dizaine d’exercices, de bouts de textes, l’écrivant disposera d’un vaste puzzle constitué de morceaux de lui qu’il pourra assembler pour former un récit autobiographique. Une nouvelle ? Ce travail d’assemblage est à mettre en parallèle avec le travail de montage d’un réalisateur. Etre le metteur en scène de son histoire et l’intégrer dans le monde du dehors. Ecrire, c’est écouter dedans et regarder dehors.

https://michelvandam.com/2013/09/23/la-liste-de-courses-notion-fortement-inspiree-de-georges-perec-et-autres-preleminaires/
https://michelvandam.com/2013/09/23/le-point-de-vue-depot-scam/
https://michelvandam.com/2014/09/28/les-details-comme-porte-parole-de-sa-singularite/

atelier d’écriture 5 (périmètre et autobiographie) dépôt scam

3, 4, 5 lignes pour un titre (périmètre et autobiographie) Déroulement Étape 1 L’animateur définit un périmètre d’exploration : sa chambre, un petit square, un bistrot,… Les écrivants ont une trentaine de minutes pour déambuler dans ce périmètre, en ramener une liste (voir « liste de courses ») … Continuer la lecture de atelier d’écriture 5 (périmètre et autobiographie) dépôt scam

Les détails comme porte-parole de sa singularité (dépôt scam)

Le mot détail est souvent assimilé au mot description, ambiguïté rarement levée par les profs de français ! Péjorativement, il renvoie également à des adjectifs comme: petit, succinct, voire dérisoire, mesquin, inutile, quelconque, superficiel… Bref, un mot, au début d’un atelier d’écriture, à utiliser avec précaution. … Continuer la lecture de Les détails comme porte-parole de sa singularité (dépôt scam)

La liste de courses (notion fortement inspirée de Georges Pérec) et autres préléminaires

Le principe de « la liste de courses » me semble une étape primordiale avant de se lancer dans la phrase, le texte. Notre éducation nous a appris à « ne pas parler pour ne rien dire » Or, le problème est aussi crucial quand il s’agit d’écrire car … Continuer la lecture de La liste de courses (notion fortement inspirée de Georges Pérec) et autres préléminaires