Gigi la girafe et Pingouin (dépôt scam 2012)

Page 1

Pages 2-3
Dans une rue pas très loin d’ici, c’est l’hiver ou l’été. Ca dépend d’un jour à l’autre, on ne peut plus faire confiance aux saisons. Ca dépend d’une minute à l’autre, on ne peut plus faire confiance aux heures qui passent.

Alors, on voit des choses étranges. Des gens qui se promènent avec des ombrelles qui se transforment en parapluies ignifugées à la moindre goutte de pluie-acide. D’autres gens qui s’habillent de t-shirt bizarres tout courts qui se transforment en super manteaux, super chauds et super longs, au moindre flocon de neige. Et encore d’autres-d’autres gens qui suent des gouttes de glace parce que, vraiment, on ne sait plus quoi.

Pages 4-5
Dans une rue très très-près d’ici, un immeuble de 3 étages avec plein de petites fenêtres.  Un pingouin, devant la porte, regarde le ciel. En face, un clocher, avec une fenêtre dans le toit. Et une tête de girafe qui en sort et regarde vers le bas.
-Hé, toi…t’es qui, toi? Tu es nouveau dans le quartier?
-Ouaip…je suis arrivé hier soir.
-Ah…t’es qui?
-Un pingouin! Un pingouin, à ne pas confondre avec un manchot. Nous, les pingouins…
-D’accord-d’accord, …moi,  c’est Gigi-la-girafe

Pages 6-7
Alors que Gigi s’apprête à tirer les vers du nez du  nouveau d’en face (le comment du pourquoi du qu’est-ce que tu es venu faire ici), un énorme camion s’arrête. Gigi a beau se contorsionner le cou, elle ne voit rien…L’énorme camion lui bouche la vue. Elle peste, râle, trépigne.

Et ça dure un bon bout de temps avant que l’énorme camion ne s’en aille!  Ouf, le petit nouveau est toujours là et Gigi lui lance:
-Hého, Pingouin, il y avait quoi dans le camion?
-Des frigos et des congélateurs.
-Combien?
-Tout plein!
-C’est tout pour toi?
-Ouaip-ouaip!

Page 8-9
Le lendemain matin, un autre énorme camion s’arrête juste devant l’immeuble du pingouin. Avec une énorme remorque avec tout plein de glaçons dedans. Pingouin, à la vitesse de l’éclair, sort sa brouette et, hop-hop, charge les glaçons. On ne compte plus les allers et retours. Brouette vide, brouette pleine, brouette vide, brouette pleine.

Et la girafe, tout là-haut, qui n’en peut plus de compter les allers et retours.
-Hé, Pingouin, que comptes-tu faire de tous ces glaçons?
-Hop-hop, hop-hop
-PINGOUIN!
-Remplir tous les congélos, hop-hop!

Page 10-11
Le clocher entouré de peupliers et le cou de la girafe qui s’agite, s’allonge vers les branches. Et ses dents qui arrachent les feuilles…Clac-clac, Miam-miam!     Et ses dents qui arrêtent de mastiquer. STOP ! Fini de mâcher! C’est qu’elle veut en savoir plus sur l’étranger d’en face:
-Hého, tu viens d’où?
-De là-haut.
-Arrête! Tu ne ressembles pas à un martien!
-Je viens du pôle Nord…Pff, tu n’es pas très futée!
-Hého, ça fait deux jours que tu es là et tu m’insultes…Je descend et tu vas voir ce que tu vas voir!

Pages 12-13
Dans une rue très-très près d’ici, le ton monte. Une girafe très, très en colère sort de l’église et du clocher qui l’abritait:
-A peine es-tu dans MA rue que tu te comportes comme si tu étais chez toi! Espèce de manchot!
-Je crois vous avoir expliqué que j’étais un pingouin et que…
-Vous vous ressemblez tous, espèce de grosse mouette!
-Je tiens à vous repréciser…

Gigi la girafe baisse, baisse le cou jusqu’à ce que ses yeux se figent dans les yeux du pingouin. Et alors qu’elle s’apprête à lui faire sa fête, une brigade de chiens en laisse surgit en criant:
-Papiers-papiers vite-vite, plus vite que ça!

Page 14-15
Dans un cachot pas très grand: une girafe toute recroquevillée et un pingouin debout.
-C’était qui, eux?
-Les chiens en laisse…ils disent que c’est chez eux, ici…qu’ils étaient là bien avant nous!.
-Mais, mais…vous…vous n’êtes pas d’ici?
-Hého, est-ce que j’ai une tête de chien en laisse? Moi, je viens de la savane tout en bas. Quand je suis arrivée ici, j’avais tellement froid!. J’ai logé dehors des mois avant de trouver ce clocher.
-C’est où tout en bas?
-Toi, t’es jamais descendu très-très bas!
-Pourquoi avez-vous quitté la savane?
-Plus rien à manger…et la sécheresse qui envahissait les hautes herbes, pétrifiait  les arbres. Il n’y avait plus que de la terre rouge. Et, toi?

Pages 16-17
Dans un cachot pas très-très grand tout près d’ici, une girafe recroquevillée et un pingouin debout font la paix:
-Chez moi, avant, c’était recouvert d’une épaisse couche de glace. L’hiver toute l’année…
-Beurk-beurk!
-Depuis quelques années, elle fond-fond. Alors, j’avais pas le choix: j’ai glissé jusqu’ici! C’est comme ça que je suis arrivé chez vous et que…
-Hého, Pingouin!
-Oui?
-D’abord, je te rappelle que je ne suis pas d’ici. Ensuite, j’aimerais bien que tu me dises Tu!
-Dac, dac. Mais…les vrais gens d’ici, c’est qui?
-Ben, les chiens en laisse.
-Ceux de tantôt?
-Ouais, mais ne te tracasse pas… Ils ne sont pas tous comme ça! Regarde, celui qui arrive, il n’a pas de laisse.
-Et alors?

Pages 18-19
-Salut, Gigi!
-Hého, Pingouin! Répond Gigi-la-girafe, la tête dans le clocher. Qu’est-ce que tu fais avec ta brouette et ta pelle?
-J’attends un énorme camion.
-Un camion de quoi?
-De glaçons.

Un énorme camion surgit sous une pluie de gouttes de soleil et s’immobilise devant l’immeuble de trois étages.
Gigi, la tête dans le toit du clocher, des super lunettes de soleil roses sur le front, essaye d’interrompre les allers et retours de Pingouin.
-T’exagères, t’as déjà fini ceux d’avant hier?
-Hop-hop, hop-hop

Pingouin qui monte et descend les trois étages, qui sort sur le trottoir avec sa brouette vide, qui monte dans la remorque de l’énorme camion et en redescend chaque fois avec une brouette encore plus remplie de glaçons que la précédente. Qui monte et redescend les trois étages, qui sort sur le trottoir avec…

Pages 20-21
-PINGOUIN! Hého, ça suffit… je te parle.
Pingouin s’arrête sur le pas de la porte, se protégeant ainsi d’une vraie tempête de gouttes de soleil aussi volumineuses que des cuberdons.
-Gigi, faut pas que tu m’en veuilles mais faut que je remplisse encore 23 congélos! Hop-hop, hop-hop.
-PINGOUIN! STOP! Si tu ne m’expliques pas, je descends et je te fais bouffer ta brouette… Espèce de mouette martienne!

Pages 22-23
Le lendemain matin, Gigi est réveillée par des portes de frigos et de congélateurs qu’on claque. Elle se dresse sur la pointe des pattes, s’étire le coup si fort que ses yeux arrivent à hauteur des fenêtres du troisième étage de la maison de Pingouin.
-Hého, Pingouin, que fais-tu?
-Je vérifie la température des frigos et l’état des glaçons dans les congélos.
-Pourquoi?
-Parce que!
-Dis-moi Pourquoi?
-Chutt-chutt.
-PINGOUIN!

Pingouin tend son cou tout court par la fenêtre du troisième étage et chuchote à l’oreille de Gigi:£
-C’est un secret, hein! Faut pas que les chiens en laisse l’apprennent…

Pages 24-25
Le lendemain du lendemain matin de la veille, dans une rue très-très près d’ici, une girafe dans un clocher, sur la pointe des pattes, qui a recouvert tout le toit de calicots: Bienvenue aux mouettes martiennes! Pingouin ne trouve pas ça du tout, du tout rigolo. Il râle très-très fort:
-C’est malin! Et si les chiens en laisse lèvent la tête et qu’ils voient tes calicots?
-Hého, t’es parano, Pingouin! D’abord, les chiens en laisse ne lèvent jamais la tête.
-Et ensuite?
-Pfff… si tu crois qu’ils vont comprendre ce que les mots cachent. Comme chaque fois qu’ils ne comprennent pas, ils vont se dire que c’est une coutume des gens d’en bas, des gens de la savane.

Pages 26-27
Gigi-la-girafe, immense à côté de Pingouin, qui joue du tam-tam alors qu’un énorme autocar rentre dans la rue. Un autocar plein de pingouins qui chantent.
-Hého, Pingouin, ils chantent dans une drôle de langue!
-Ce sont des chants inuits, très-très lents, avec des sons qui retiennent la glace de la banquise, qui l’empêche de fondre, de couler en bas. Mais ça ne fonctionne plus… les gens d’ici font tellement de bruit que nos chants sont étouffés. noyés

Page 28
Illu avec les pingouins dans la maison. Ils se servent de glaçons dans les congélateurs et vont se calfeutrer dans les frigos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s