Maman déménage sans papa

Première journée de Léo et Tom dans la nouvelle maison. Léo en est le narrateur.
(cette histoire a été écrite pour être illustrée/dépôt SCAM 2011)

-Léo, tu descends?
Çà, c’est maman qui m’appelle. Je la trouve bizarre. Il faut avouer que ce n’est pas un jour comme les autres.
Aujourd’hui, ma maman, mon frère Tom et moi, nous déménageons dans une nouvelle maison.
D’accord! Ce n’est pas vraiment une nouvelle maison!

Elle semble même très vieille. Mais comme dit maman, c’est une nouvelle vie qui commence. Sans Papa.
Elle est bien plus petite que l’ancienne. Maman dit que c’est normal parce qu’elle est toute seule à payer le loyer.
Quand on l’a visitée la première fois, mon grand frère râlait: Maman lui avait promis une chambre pour lui tout seul. Comme avant.

Avant, on était tout le temps à quatre: Maman, Papa, Tom et moi.
On allait à la piscine à quatre. On allait au cinéma à quatre. On allait en vacances à quatre. On faisait tout à quatre.
Dans la maison d’avant, il y avait plein de bruit. Des rires et des disputes. Tom et moi, on se chamaillait beaucoup.
Maman et Papa aussi. Souvent.

Mais c’était notre maison.

Un soir, alors qu’on se lavait les dents, Papa et Maman nous ont appelés dans le salon… ils avaient les yeux tout rouges.
Ils nous ont expliqué que ce n’était plus une vie de se disputer tout le temps et ils  ont prononcé plein de mots pour dire qu’ils se séparaient.
Moi, je n’ai toujours pas compris. Tom et moi, on se bagarre très, très fort souvent. Ce n’est pas pour ça qu’on va habiter chacun dans une maison différente!

-Ah, Léo, te voilà enfin! Tu en as mis du temps!
Çà, c’est la voix de maman.

-J’aimerais que Tom et toi, vous montiez vos jouets dans votre chambre.
Évidemment, mon grand frère n’est pas là. Il a un truc pour disparaître quand Maman a besoin de lui.
Je prends le carton avec mes peluches et, lorsque j’arrive au dessus des escaliers, il y a la voix de Maman qui crie:
-Je t’aime mon nourson!

Ca, c’est une phrase de ma maman d’avant. Chouette, elle n’a pas changé! J’aime bien ma nouvelle chambre.
Notre nouvelle chambre! On fera plein de bagarres pour rire. Avant, ce n’était pas possible puisqu’on ne dormait pas ensemble.

Et puis, cette nuit, comme c’est un jour un peu spécial, maman a promis qu’on dormirait tous les trois ensemble.
Qu’on mettrait les trois matelas dans notre chambre et qu’elle dormirait au milieu.

-Alors, petite tête, on a besoin des biceps de son grand frère?
-Léo, t’étais où?
-Je faisais du vélo, il y a plein de rues. Tu vas voir, on va se plaire ici. C’est bien
mieux qu’avant!
-Tu disais pas ça quand on a visité la maison la première fois!
-Ouais, j’ai dit ça il y a très longtemps. Viens voir, y a plein de rues.

Ça, c’est mon grand frère Tom tout craché. Avec lui, c’est toujours mieux maintenant.
Quand on a terminé de ranger notre chambre, et après avoir étalé les trois matelas sur le sol, j’ai sorti les photos d’avant de leur boîte.
Plein de photos, rien qu’avec les quatre imprimés dessus.
J’ai commencé à décorer le mur mais ce n’est pas facile d’enfoncer les punaises.
-Je vais t’aider, me dit Tom en prenant la boîte de punaises.

Quand il n’y a plus eu de photos dans la boîte, il a fait semblant de se battre et puis, il m’a embrassé sur le front en disant que j’étais son petit frère préféré.
Normal, il n’en a pas d’autre!

Hier soir, dans l’ancienne maison, j’ai pleuré dans mon lit.
Maman a beau dire qu’aujourd’hui c’est une nouvelle vie, il n’empêche que, moi, j’aimais bien celle d’avant.
Tom dit toujours que c’est un truc de gosses de pleurer.
Moi, je sais que ce n’est pas vrai. Je me souviens l’avoir entendu pleurer dans sa chambre le soir où Papa et Maman nous on dit qu’ils nous aimaient très fort mais qu’ils ne s’aimaient plus.
Même mon Papa, il pleure.

-Hé, petite tête, je parie que tu ne me rattraperas pas!
Je poursuis Tom dans les escaliers et, une fois arrivé dans le salon, il disparaît derrière des buildings de caisses en carton.

Ah, je vois une tour de cartons qui bouge!  Je fonce et, BANG, je heurte Maman de plein fouet. Catastrophe!
La pile d’assiettes qu’elle tenait dans les bras s’éparpillent en plein de petits morceaux sur le sol.
Rien qu’à voir ses yeux, ça va être ma fête. Mais dans la seconde où elle va hurler, Tom surgit:
-On s’en fout, ‘Man. C’était la vaisselle d’avant. Pour la nouvelle vie, on doit acheter des nouvelles assiettes.

Ce soir, c’est la fête. On mange des pizzas au milieu des buildings de cartons. La nouvelle table arrive demain. C’est chouette de manger par terre!
On rit tous les trois en se rappelant la fois où Papa avait mis du sucre dans l’eau de cuisson des pâtes.
Je me réjouis de me retrouver dans la nouvelle maison de Papa, la semaine  prochaine.
Je dis à Tom que j’espère que Papa n’aura rien rangé, qu’il y aura toujours les tours de cartons. Maman répond  avec un drôle de sourire que je ne m’en fasse pas. Qu’elles seront toujours là!

Je ne parviens pas à dormir à cause des ronflements. Je regarde les photos d’avant avec ma lampe de poche pendant que les deux autres dorment.
Maman m’a dit qu’on en ajouterait des nouvelles. De nous trois.

Avant, elle disait toujours que les ronflements qu’on entendait dans le couloir, c’était ceux de Papa. Et elle ajoutait qu’un femme ne ronfle jamais.
Héhé! Je me réjouis qu’on soit la semaine prochaine pour le dire à mon Papa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s