flamenco à Edimbourg

La voix qui pleure se lamentait en espagnol.

flamenco

Elle, elle avait toujours trouvé que l’espagnol était une langue spécialisée exclusivement
dans l’expression des lamentations de tout type.
Là, maintenant, vu la pluie fine qui tombait de l’autre côté de la baie vitrée du bistrot,
la voix devait certainement se plaindre de ce foutu temps de merde.
Et que ce foutu temps de merde était une occasion suffisante pour la voix espagnole de la jouer tragédie du siècle.

Elle regarda son verre vide, tendit la nuque vers les hauts parleurs et dut admettre qu’ils ne rempliraient plus le verre vide. Pas ce soir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s