Dehors, la mer du Nord. Dedans, pas facile de gober des numéros 3

Nieuport, 8h20 dans le froid bruineux. Un vendredi. Le tram qui longe la côte se pointe, s’arrête. Debouts. Mélange de voix. Tout de suite, deux voix de madames qui s’élèvent au-dessus du brouhaha des gens qui vont bosser.

-on s’adapte, on n’a pas le choix
-moi, je pourrais pas, hein!
-à un certain âge…
-on a été trop gentille avec lui
-plus de lacets, un clochard!
-sa femme est partie, il a plus rien… la maison
-… non, non… la maison, elle était pas à eux

Les voix parlent en français. L’une, flamande. L’autre, drôle de timbre. On dirait une petite fille avec un accent un peu français, un peu flamouche. Sauf que c’est pas une petite fille du tout. Mais ça, on ne le sait pas encore parce qu’on ne les voit pas. Sauf que… Sauf qu’il y a de la place derrière les deux voix. On les voit toujours pas, on se retrouve dos à dos.

-j’ai surtout une amitié pour lui
-qu’est-ce qu’il a pu me demander pour que je l’accompagne en Espagne, à Barcelone!
-moi, j’aime mon quartier
-moi, je suis pas chaude pour aller en Espagne
-moi j’aime bien où je suis
-j’ai pas confiance en lui… et s’il me largue là-bas?
-tandis que moi, à Bruxelles

Maintenant, il est question des soldes à Bruges, de leurs amies, de leurs amis. De Eddy, Hervé, Jeanne, la soeur de Jeanne, Micheline, Rachel. Des hommes. Du sexe.

IMG_0236

-il avait trouvé une place, et il a trouvé mieux
-et il l’a rencontrée sur internet, elle roule en Mercedes
-les hommes, quand ça se retouve tout seul… ça retrouve tout de suite quelque chose!
-allez, regarde le professeur quand il est tombé sur elle… sa famille à elle, ils ont des usines en Angleterre et tout et tout
-n’empêche qu’elle a de l’estime pour lui, hein!
-peut-être qu’il veut s’élever dans la société!
-Eddy, l’autre fois, il m’a dit qu’il y avait 5 trucs importants pour une relation… l’âge, le sexe, la situation sociale, la religion et…
-le cinquième truc, c’est quoi?
-j’ai oublié… mais c’est pas grave, je l’ai noté quelque part
-le sexe, c’est important pour les hommes, hein!

Ostende. Train pour Liège dans 20 minutes, il passe par Bruges. Là, devant nous, sur le quai, les deux voix. On les dépasse, on se retourne pas discrètement du tout. La flamande, la soixantaine avec une grosse doudoune bleue. La petite fille, la soixantaine, doudoune imitation léopard pas cheap du tout, froc en vrai cuir noir. On fait demi-tour, on repasse derrière elle. Le compartiment, le même. A nouveau dos à dos.

-et pour le Nouvel-An, qu’est-ce que tu as fait?
-j’ai été chez Jeanne, sa soeur n’était pas là
-elle n’habite plus chez Jeanne?
-plus de nouvelles
-on n’est plus assez bien pour elle!
-j’avais amené du Saint-Emilion à 13 euros et des Leonidas
-et Salvatore?
-il a amené des huitres, des numéros 3
-ça se gobe?
-trop grosses… on les mâche, on les avale
-pas facile!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s