Y en avait 8 devant

– C’est pourquoi?, dit la femme entre deux âges, un peu forte, taille moyenne.
– Faire un virement sur un compte malien.
– Allez-vous asseoir, un de mes collègues va s’occuper de vous.
Une dizaine de mètres, avec quelques fausses plantes en plastique comme haie d’honneur.

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 personnes avant moi. Pas de bouquin, pas d’ipod. Pour l’ipod, vallait peut-être mieux. J’aurais pas entendu le collègue héler mon nom.
Trois, quatre bureaux occupés par des collègues entourant la salle d’attente aux 9 personnes. 10, maintenant. Il y en a une qui vient de se pointer, avec ses yeux qui comptent les 9 qui sont arrivées avant elle.
1, 2, 3, 4, 5, 6 personnes avant moi. Bribes de voix des 3 ou 4 bureaux s’infiltrant dans la salle d’attente. 1, 2, 3, 4 avant moi, 4 après. Un peu comme quand on est au milieu d’un bouquin qu’on n’aime pas. Et puis deux nouveaux, un jeune couple. Bizarre, ils se mettent bien en évidence face au bureau du jeune trentenaire forcément costumé et cravaté.
Le jeune trentenaire n’en mène pas large. Une asiatique à lunettes, entre deux âges, bien plus près de la ménopause que du dépucelage, monte dans les tours, oubliant les R, les remplaçant par des L. « Comment toi appelez-vous, vous entendlez paler de moi ». Le jeune trentenaire parle « assurances », la femme maintenant hurlante réplique « investissement ». Elle part après un dernier « Comment toi appelez-vous, vous entendlez paler de moi ». Il l’abandonne, soupire, se lève, se dirige vers le jeune couple, leur serre la main.

1, 2, 3, 4, 5, 6. Aaaargl! Presqu’un retour à la case départ. Je décide d’orienter mes oreilles vers le bureau des 3. Le jeune trentenaire leur propose un taux fixe et un taux révisable. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8. Pas assez de fauteuils pour s’impatienter. Une gazelle forcément black s’appuie nonchalamment à une colonne, un gsm dans le creux de l’oreille. Elle rit. C’est beau une jeune gazelle posée sur des talons bleu Yves Klein de quinze centimètres et qui a le même rire grave que Nina Simone qui ne riait pas souvent. Je ne compte plus, je suis dans le quarté gagnant, plus que 3 devant. Tant pis pour les suivants. Pas de pitié! Envie d’aller trouver les trois du bureau, de demander au jeune couple qui gardera la maison dans 5 ans, s’ils ont déjà fixé le montant de la pension alimentaire. Si lui sera d’accord de voir ses gosses un week-end sur deux. Si elle sera d’accord de faire la bise à la Nouvelle de l’ex que les enfants appelleront Maman.

-Monsieur Vandam? grand sourire à lunettes, gros cul souriant, petite taille.
Je me lève, toise la dizaine d’abandonniques qui me suivent. On ne fait plus partie du même monde. Sauf la jeune gazelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s