Un divan pour le Maroc

Il a croisé la femme triste qui zigzaguait dignement sans sa fille, place du marché. Son pantalon rouge ne lui rendait pas la vie plus gaie. Dans la loggia du bistrot, deux femmes.
femme 1 : Ça serait bien d’aller voir un psy… mais il faut que t’en trouves un avec qui ça se passe
femme 2 : Je sais… les psys, c’est comme les tatoueurs, j’ai déjà essayé… ça passe ou ça passe pas

Dans le bistrot près du fleuve, deux babys hypster avec un djembé dans le sac à dos, et une jeune maghrébine mimi qui cherche un voyage Ryanair sur internet. Sur le bord du trottoir, deux mecs chargent un divan tout neuf dans une camionnette. Ça les fait tous rire dehors quand on leur dit que le divan part pour le Maroc.

Les deux filles squattent toujours l’entrée du tunnel. Elles ont repris un chien. Un chiot sans passé, avec leur regard à elles comme seule ligne d’horizon. Lui, il ne sait pas encore qu’elles ont euthanasié le précédent. Le nouveau chien a peur du noir. Ça tombe bien, elles n’ont jamais eu l’intention de traverser le tunnel. L’autre, dehors, à la sortie, il s’est baigné dans un arc-en-ciel, croyant que le passé c’était juste un truc pour les morts vivants. L’autre, on lui a dit que c’était l’été indien dehors.

Sur le trottoir en face du bistrot près du fleuve, il vit la femme au turban bleu, d’un bleu vraiment bleu. Elle sourit, tranquille. Il traversa la rue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s