un dimanche

Le bistrot près du fleuve. Dimanche. Fin de matinée, terrasse. Là, maintenant. S’asseoir, sortir « Pays sans chapeau » du sac. Page 258. Deux hommes à gauche. Monologue à deux. L’un des deux ponctuant chaque phrase de l’autre par : Moi, aussi !

« Moi, si elle revient, je ne la reprends pas. Y a des gens qui ne savent pas vivre seul. Quand j’allais chez elle, je me mettais dans le fauteuil, je regardais la tv. Elle, elle préparait à manger. Après, je rentrais chez moi. Tout ça, je peux très bien le faire tout seul chez moi ! Bon, c’est bien de ne pas être seul pour le restaurant, par exemple »

Je pose Pays sans chapeau à côté du café, je fouille dans mon sac, trouve un Bic et une feuille A4 pliée en 8. « Le bistrot près du fleuve. Dimanche. Fin de matinée, terrasse. Là, maintenant. S’asseoir, sortir « Pays sans chapeau » du sac. Page 258. Deux hommes à gauche. Monologue à deux. L’un des deux ponctuant chaque phrase de l’autre par : Moi, aussi ! »

(illu de Delphine Hermans / Anesthésie générale)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s