en écoutant Léonard Cohen

Elle est partie sous la lune pleine. Il lui a demandé pourquoi. Trois fois Pourquoi. Le regard cerné lui a répondu qu’il n’y avait plus de bébé au bout du cordon, qu’il était temps pour lui de s’enfuir dans d’autres bras. Alors, il lui a rétorqué que la réponse était simpliste, que ce n’était pas une question de bébé, de bras.
Elle a haussé les épaules, lui a dit qu’il était comme un muezzin susurrant une prière muette du haut d’un minaret bien trop haut. Elle est partie sans claquer la porte, le laissant dans un bunker de silence. Il a tenté d’injurier la lune toute ronde mais l’Autre s’enfonçait déjà dans la nuit trouble.
Il a hurlé.
Il a cru hurler.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s