Dehors, le vieux blues-man et la vieille petite fille rose.

Samedi 9h35, en remontant vers Saint-Nicolas. Pas mis de casque, les oreilles dans le vent glacial, à me geler les couilles en pédalant. Au-dessus de Saint-Laurent, le black à la grosse écharpe qui aurait pu être un grand bluesman reconnu par tous les quadras blancs du monde entier, trente ans après sa mort. Lui aussi, il se gèle les couilles. Sourire gercé.

J’ai enfin pigé pourquoi on se croisait tous les samedis à 9h35, lui qui descend, moi qui monte. Il y a un abri de nuit là-bas, un peu plus loin. C’est de là que sort aussi la petite fille rose pas rasée, qui traine son caddie derrière elle. Samedi dernier, j’ai croisé le petit monsieur rose pas rasé qui met des jupes plissées, un peu plus bas, toujours dans la rue Saint-Laurent. Il ne traînait pas de caddie derrière lui, il avait son cartable rose sur le dos. Il avait mis des collants noirs.

Pas de doute, on est en hiver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s