Dehors: Daniel Clowes, Charles Trenet et les Ramones

Dans le bistrot, après avoir terminé sa journée de boulot comme responsable du casting des frères Dardenne du côté de Saint-Nicolas, dans un bistrot place du Marché.

Un couple autour d’une table pour deux. Elle, il la connait. Ils ont failli bosser ensemble, elle vient du côté d’Arlon. Elle renvoie une beauté de trentenaire qui n’a jamais dragué le moindre maquillage. Lui, plus vieux, une dizaine d’années plus jeune que lui, il a le timbre de voix mièvre des apprentis-sorciers New-Age. Monsieur Vérité. Master in Veritas. Lui, l’autre, celui qui a falili travaillé avec la fille qui ne connait pas le maquillage, il est plongé dans une bd de Daniel Clowes.
Et ies deux parlent du corps. De plexus solaire qui s’ouvre tellement qu’on dirait des nageoires, dit le messager à la voix de fausset. Elle, elle lui dit qu’on sent que ça craque. Lui, il répond que ce sont les fascias. L’autre qui lit la bd en face du couple, il sait que les fascias, ça craque pas! Elle , elle parle de ses vertèbres qui craquent. Avec la voix de Charles Trenet qui orchestre tout le bistrot. La voix aigrelette argumente, Charles Trenet aussi.
http://www.youtube.com/watch?v=ZLlLtSG7xe4

Le lecteur de Daniel Clowes se lève après deux Duvel -il n’y avait plus d’Orval-, range la bd, manipule l’I.Pod. Play. Let’s go! BinBinBinBin.Il sort du bistrot, passe devant le palais des Princes Evèques, remonte vers le Cadran, escalade la rue de Campine, l’I.Pod à fond dans les oreilles. Six fois qu’il replay I wannabe sedated des Ramones. BinBinBinBinBin. Il chasse systématiquement le morceau suivant, un truc cool de Peter Astor. Replay. BinBinBinBin. Au quatrième Replay, il pense à sa meuf qui n’est peut-être plus sa meuf. Après leux deux Duvel, il n’en n’avait plus rien à foutre du Peut-Etre. BinBinBinBin. Les frères Ramones lui gueulent dans les tympans qu’une fan de La Callas n’a rien à faire dans la rue de Campine.
Sur le trottoir de la rue de Campine, à 6 ou 8 mètres de lui, un mec qui titube. Le mec hésite, ne sait pas s’il doit se planquer sur la droite ou sur la gauche tout contre la Golf. Lui, le lecteur de Daniel Clowes, il fait confiance à son I.Pod. BinBinBinBin. Il se dit que tout est fiction. Dieu est Fiction, elle est Fiction. Sauf les Ramones.

Dans une centaine de mètres, il rentrera chez lui, se tapera devant l’écran de l’ordi , l’I.Pod dans la poche de son froc, les écouteurs enfoncés dans les oreilles. Bin-Bin-Bin-Bin. Il passera à Peter Astor quand il l’aura terminé le texte. BinBinBinBinBinBinBinBin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s