C’est long Noël

Lundi 21, la file d’à côté au Delhaize.
– Moi, j’ai été prof à Saint-Bar (une vieille fort-fort ostéoporosée et souriante.)
– Quand avez-vous été pensionnée ? (mère de famille, vu la quantité de bouffe dans le caddie.)
– Il y a 26 ans … Vous ne trouvez pas que Bernard Lavilliers, ses paroles… pfffiu !
Silence du caddie de famille nombreuse.
– Parce que, quand vous l’entendez… pfffiu !
Silence, toujours, du caddie devant.
– Parce que, faut écouter, c’est pas gai… pfffiu !
Aprem : retour vers le passé / tête dans une cave et dans les caisses / douceur avec C.
Soirée : mes Mecs / just perfect / fini l’époque où ils buvaient que du Fristi.

Mardi 22, mélange de sms et de coups de fil entre l’amie et lui.
Elle : Je vais à Bruxelles, chez le jeune artiste.
Lui : Monsieur Prout-Prout ? Pourquoi ?
Elle : Pour vérifier…
Quatre heures plus tard.
Elle : Je suis rentrée de Bruxelles !
Lui : Et alors ?
Elle : Rien… c’est un petit con.
Lui : Tu le savais déjà !
Elle : J’avais besoin de vérifier.
L’aprem, lui, il traverse le marché de Noël à vélo. Un mec et un ado, derrière les chalets, le long du palais des Princes-Evêques, nettoient une remorque frigo. Ca pue la panne de frigo. Le mec au tuyau d’arrosage pendant que l’ado nettoie la bouffe sous cello avec une éponge savonneuse. Dans deux ou trois heures, ça va chier / gerber derrière les chalets.
Soirée langue de putes + musique at home avec P et E/jubilation. 

Mercredi 23 dans le bistrot près du fleuve, un couple + 1 ado.
Père : Tu prends un lait russe ?
Mère : Moi, je veux pas d’un lait russe… je veux une bière ou un truc du genre.
Avant, il y avait eu la traversée du village de Noël vers midi pour le premier café de la journée au Bolas Bug. Pour le village de Noël : no comment. Plus que huit fois dodo avant que les romanos de la malbouffe se cassent.
Soirée : passé composé / plus-que-parfait / présent / futur antérieur / futur toucourt / impératif

Jeudi 24 sur la terrasse du bistrot près du fleuve : une fille, lui + un autre mec.
On se retrouve en fin d’aprem à parler de Noël et à fumer des clopes. Lui, pas fan de Noël, du décorum consumériste, des retrouvailles familiales programmées, de sa mère et du père. Ils parlent de leur père (mort ou pas), de leur mère (morte ou pas). Lui, il a encore le kit complet de procréateurs fous. La fille, sa mère à elle est morte il y a un an. Après, elle parle de son frère. Ils se sont rapprochés, dit-elle.
Elle est heureuse en cette fin d’aprem, elle s’est donné les moyens d’être capitaine au long cours. L’autre mec les rejoint, demande s’il peut s’assoir à côté d’eux. Lui, aussi, il fume une clope qu’il vient de rouler. Il leur parle brièvement de son père qui est mort il y a deux semaines mais que ce n’est pas grave pcq l’autre mec ne le voyait plus depuis 20 ans. Il leur parle plus longuement de sa maman qui a fait une grosse chute, qui est hospitalisée, et qui a toute sa tête.
Soirée cool avec les deux filles qui se connaissent depuis l’enfance. Y’en a une qui s’est fait cambrioler. Elle habite dans un immeuble avec une majorité de vieux. Y’en a quelques uns qui ont oublié de mourir alors ils font chier.
Derrière la maison de l’autre fille, celle qui ne s’est pas fait cambrioler, il y a un jardin qui donne forcément sur un autre jardin avec une autre maison. Là, aussi, y’a un chiant. Il téléphone parfois pour que l’autre fille tire le rideau pcq la lampe de la salle à manger l’éblouit. D’une fenêtre à l’autre, il y a bien 25 mètres.
Le matin, il y avait eu le déménagement de bouts de passé très-très lointain avec D et G. Des trucs qu’on garde pcq’on n’ose pas encore les abandonner sur le trottoir d’en face, et qu’on n’a pu les caser dans des fardes à dessin planquées derrière des étagères en attendant un autre déménagement qui leur règlera définitivement leur compte.

Vendredi 25 : boulot 2 / accueil d’un hôpital
Grimper en vélo jusqu’à Montegnée avec un vélo électrique, facile. Travailler le jour de Noël, pas la première fois. Avoir oublié son ipod at home et se taper La Première le 25 décembre pcq rien d’autre ne passe sur le transistor du boulot, erreur. Se taper de 10 à 18 heures les animateurs de La Première qui se gargarisent de leurs exploits humanitaires dans un cube, horreur. Se prendre l’haleine fétide de certain-e-s en pleines narines, Beurk. Se prendre l’haleine fétide de fumeurs/euses aux relents fortement alcoolisés, LA gerbe. Se prendre l’haleine fétide de fumeurs/euses aux relents fortement alcoolisés dont les aisselles n’ont pas reçu la visite d’un savon depuis plus de 72 heures, HELP !
Le soir, il y aura le désir de regarder un jt : rtl, rtbf, france 2, zappe 19.00, zappe 19.30, zappe 20.00. A chaque fois, caméras posées discrètement autour d’une grande tablée, autour d’un sapin, dans une famille forcément nombreuse, forcément heureuse, dont le plus jeune membre a minimum 2 ou 3 mois et le plus âgé a minimum 82 ou 83 ans. Vers 22 heures, il décidera que le 26 il mangerait sainement. Pas de croissant, pas de pita. Pain + confiture + potage. Le troisième tiroir du congélateur, celui du bas, rien que des soupes. Tomates ou potiron. Au hasard. Il prendra un tupperware, le déposera sur le bord de l’évier, le temps d’une nuit de dégel. Tomate ou potiron ?

Samedi 26 : boulot 2 / accueil d’un hôpital / suite
Une petite vieille en chaise roulante et en peignoir rose avance avec ses pieds, par à coups. Le fauteuil titube au ralenti d’un mur à l’autre. Elle se dirige lentement vers l’accueil. Il la voit arriver come un ralenti dans un film d’horreur. Lui, il se camoufle en dessous du bureau de l’autre côté du guichet. Une collègue l’a prévenu que c’était du style à vouloir parler à tout prix. Il a pas envie. Merde, personne l’y oblige. Vers midi, il va dans le frigo chercher le tupperware de soupe tomate / potiron. Le tupperware aux reflets vaguement rougeoyants, quoi ! Celui qu’il a pris au hasard dans le troisième tiroir du congélateur hier soir. Direction micro ondes. Il prend un gros bol. Ouvre machinalement le tupperware , le vide machinalement dans le bol. Aaaargl ! Deux tranches de saumon dans le bol.
Sortir du bureau après avoir scotché un mot « fermé 5 minutes » sur la vitre, virer les deux tranches de saumon dans la poubelle dehors. Vite, une pita.

Dimanche 27 : IC 2909 / IC 534
11.44 Liège-Palais / 11.46 Liège-Jonfosse / 11.51 Liège-Guillemins /12.31 Louvain / 12.52 Bruxelles-Nord / 12.56 Bruxelles-Central /13.04 Bruxelles-Midi / 13.40 Gand Saint-Pierre / 14.05 Bruges / 14.20 Ostende

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s