le scorpion au petit zizi, la bobo, le serpent-micro et le hypster

Tu entends venir Trouduc qui donne des petits coups de gaz bruyants des petits coups de frein brutaux qui s’amène à un bon mètre de ton garde-boue qui tremble comme une feuille morte prise dans une tempête automnale sur la planète mars et toi tu te redresses faussement impassible sur ta selle et tu sais qu’il va te frôler en te dépassant parce que c’est une vraie bite molle avec des pneus extra larges.
Toi tu veux juste reprendre le rôle de l’enfant-savane qui n’a peur ni du venin des vipères de fancy-fair ni des croassements du vautour aux couilles distendues qui racle les cailloux croâ-croâ-croâ en dessous desquels se cache le scorpion au tout petit zizi.
Tu as vu vendredi soir les perroquets manucurés au sourire carnassier rose bonbon annoncer la capture en direct-live de l’ennemi public numéro 1 à coups de balles dans les jambes avec plein de conférences de presse en direct-live et plein de serpents-micro qui agitent les questions qui taraudent le cerveau du téléspectateur-zombie qui a si peur de la vie dehors infestée de pédophiles moustachus et de terroristes barbus et de blondes aux gros seins et de punks à chien végétariens. 
Toi tu veux juste décoller et atterrir parfois t’envoler et encore pas tout le temps et qu’on ne vienne surtout pas te parler de comportements paradoxaux tout ça parce que tu refuses de faire le deuil de la femme-trampoline qui joue à saut de moutons avec les nuages bleu ciel.
Tu veux plus entendre les babillements des bobos parce que ça c’est sûr que t’as pas envie de te noyer dans leur nombril grand comme un volcan éteint qui cracherait des incantations écrites par un mage tout nu aum-aum-aum au sommet de l’Himalaya et que tu hais les vélos vert pomme avec des paniers de fleurs en plastique fluo et que tant qu’on y est t’es aussi allergique aux hypsters qui sont jamais très loin des vélos vert pomme.
Toi tu veux juste un morceau de Vampire Weekend au fond des oreilles des petits seins au bout des doigts du massepain sur la langue de la coriandre fraîche sous les narines des pâtes fraîches avec du basilic fraîs avec des calamars avec du vinaigre de figues avec de la roquette avec du Montepulciano avec la femme aux fous rires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s