solitude enamourée, bien que pas toujours

T’attends depuis 9 heures du mat. Tu t’es fait tout beau, t’as mis ta veste en velours bleu pétrole, style rock star seventies. Juste par respect pour celles et ceux qui vont venir parce que c’est un moment un peu délicat pour tout le monde. Qu’aujourd’hui, on n’a pas droit aux préliminaires. Tu cailles dans le local sans fenêtre. Les néons n’arrangent rien, question chaleur. Alors, t’attends en te les gelant. T’as déjà eu la petite timide sympa. Elle, c’est une fidèle, du genre qui dérape dans le tutoiement par omission. T’as déjà eu la blonde qui hausse les épaules, qui t’a avoué qu’elle était pas une grosse bosseuse. Tu lui en tiens pas rigueur. Faute avouée etc etc. Tu te les gèles toujours. Tu quittes la pièce froide aux néons blafards pour le couloir sombre. Contre-jour.  Dehors, t’as des collègues qui se fument une clope. On se fait la bise, on est collègues. Eux aussi, ils attendent, le temps d’une clope. Tu leur tapes une clope. Eux, ils remontent au premier. Eux, au premier, ils ont droit à une file d’attente qui les attend, transie. Toi, tu regagnes la pièce froide. T’attends encore. Tu te dis que t’as pas le droit de partir avant midi, qu’il y en a qui doivent peut-être traverser à pied  toute une ville sans bus. Alors, tu regardes ta veste en velours bleu pétrole. Tu te lèves, tu l’enfiles, tu t’assois. T’as pas le choix. Là, maintenant, y en a un qui ouvre la grande porte en chêne qui grince. Lui, il te lance un bonjour, le genre de bonjour qu’on lance à quelqu’un qu’on voit tous les mardis alors que vous vous êtes à peine côtoyés une petite dizaine de fois depuis septembre. Toi, t’évites de sourire. Tu te contentes d’une politesse sévère. Tu la joues visage fermé. Pas question de lui laisser croire que, entre vous, tout est possible. C’est que t’es pas un mec facile. Tu te lèves dix minutes après. Tu entrebâilles la grosse porte en chêne qui  grince. Contre-jour. Tu entrevois une silhouette un peu épaisse, gracile, aux hanches montées sur roulement à billes. Tu reconnais le mouvement de balancier, c’est  une fille du soir. Elle s’éloigne. Contre-jour. Des voix qui résonnent. Des pas, aussi. Mais ce n’est pas pour toi. Le prochain, la prochaine. Tu sais pas qui. Y ‘avait pas d’ordre de passage. Pas de file chez toi. Juste des travaux à remettre, sur Hopper, sur New-York. Dehors, dans le couloir, y’a sa voix à elle qui s’éloigne. Elle, elle n’attend plus personne. Les collègues du premier, ils en ont fini avec les jurys. Toi, les jurys, c’est pas avant la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s