L’ange aux ailes cassées

L’ange aux ailes cassées s’était égaré dans le labyrinthe des cris perdus. Sa sensibilité extrême aux aiguës n’arrangeait rien. Son truc à lui, ce qui le faisait vibrer, c’était les infra-basses. Ainsi il était écrit en lettres fluos que le ciel ne lui ferait aucun cadeau. Qu’un hibou, c’est rancunier et mesquin. Qu’une ligne d’horizon, c’est un leurre quand on n’a pas les moyens de décoller. Que la reine de cœur n’a pas encore trouvé son valet de pique. Et ça, c’est un vrai problème.
L’ange aux ailes brisées n’en menait pas large dans les couloirs étroits aux senteurs de jasmin quand il s’enfonça dans une brume de saxophones. Stupide oiseau ! Le hibou, lui, s ‘était bien gardé de lui parler de la malédiction de la brume de saxophones chaque lundi de Pâques. Le ciel manque méchamment de panache ! Pas de pitié pour les anges, marmonnait le rapace nyctalope.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s