Le retour de la valise jaune à Liège-Luik-Lüttich (9/9)

Aujourd’hui, 1 décembre, toujours un sac à dos et une valise jaune à remplir. Deux petites sculptures achetées à Joseph le Dogon, et un bogolan. Rien pour Eliott et Yuri. Me souviens de leur tête (surtout Eliott) quand je leur avais ramené des pantalons africains de Guadeloupe !
Alors, il faut remplir autrement. Il y a les trucs qu’on laisse. La tente pour Titi et son auberge de Ségou, le matelas pneumatique de merde qu’on (moi) devait regonfler toutes les 3 heures, l’appareil photo qu’on (moi) s’est fait piquer, le Tahiti douche, l’oreiller qui part en couilles depuis le début (j’ai dû l’envelopper dans un vieux froc), le vieux froc. La bombe anti moustiques. Les Nike qu’on s’est fait piquer à l’appart (l’appareil photo était dans l’une des Nike).
Le truc, aujourd’hui, c’est de tout prévoir en fonction de là-bas, Liège-Luik-Lüttich. Et le temps qu’il fait là-bas. Alors, on mettra le gros pull et l’anorak au-dessus du sac à dos. Plus facile que d’ouvrir la valise. Et puis, ça dépendra si Dominique et sa voiture seront à Zaventem. Pas du tout la même chose que de reprendre le train. Deux démarches, deux systèmes de rangement différents.
Les deux objets essentiels sont : le petit sac en bandoulière et le sachet Media Markt. A portée de main dans l’avion. Dans le premier, l’IPod et le truc pour le son (pas question de me rechoper le coup de l’appareil photo et des Nike), le passeport, les clopes pour Casablanca et Zaventhem, et Liège. Dans le second, deux paires de chaussettes (une pour le transit à Casablanca, la seconde pour enfiler par dessus à Zaventem), un bouquin, le scénar du « Onzième jardin », la doublure de l’anorak (parce que Casablanca, c’est pas le Sahel), les médocs qui servent pas à grand chose pour le super mal de dos (je veux un jour pouvoir goûter à la morphine), les lunettes de lecture.
Et hop!
Tout ça sans savoir qu’on (moi) se retrouverait bloquer 24 heures à Casablanca pour causes de mégas inondations. Sans savoir qu’on passerait de +38° à -15°, qu’on allait se retrouver en sandales avec deux paires de chaussettes (la classe !) dans 30 centimètres de neige à Liège-Luik-Lüttich.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s