Une certaine génération (la mienne) 1/5

En 1981, à 20 heures, du côté de Wavre, il pleuvait mais on s’en foutait. On s’est retrouvés elle et moi plus-ou-moins à poil à danser dans le jardin. Ça ne faisait pas trop rigoler les voisins au break famille nombreuse. Sûr qu’ils avaient été en troupeau à la messe de 11 heures comme chaque dimanche. Peut-être avaient-ils fait appel à un exorciste pour que Giscard  l’emporte au second tour. Elle et moi, on dansait plus ou moins à poil parce que Mitterrand avait gagné et qu’on allait avoir un gouvernement socialo-communiste en France. Sauf qu’on n’était pas français mais de ça on s’en foutait aussi, comme tout bon internationaliste digne de ce nom. On avait gagné. Pourtant, c’est là que ça a commencé à foirer. Faut dire qu’on ne connaissait pas le passé louche de Mitterrand. On aurait dû se méfier d’un mec qui avait été ministre de l’intérieur. Faut toujours se méfier d’un mec qui a Ministre de l’intérieur dans son cv. On peut être certain qu’on aura à faire à un spécialiste en coups bas et tordus, fan de Machiavel. C’est lui qui amena le FN de Jean-Marie Lepen au parlement pour des raisons bassement électoralistes.

En sociologie, il y a plusieurs écoles pour définir le temps d’une génération. Il y a même des formules hyper mathématiques. Le temps qu’il faut pour qu’une génération remplace la précédente, tenant compte du taux de reproduction ou de la moyenne d’âge séparant un individu de ses enfants. En règle générale : 25 ans. Ce qui me rend coresponsable de l’histoire du monde de la fin des années 50 jusqu’au début des années 80.

En 1981, certains ont pu croire que la fin des années 60 allaient enfin s’imprimer dans un nouvel ordre mondial. Le summer of love, l’égalité des droits civiques, la décolonisation et mai 68 n’étaient pas qu’une utopie pour hippie désœuvré sous lsd. C’était un peu vite oublier les Punks, ces visionnaires à crête qui avaient refermé cette possible parenthèse d’un monde meilleur, décrétant le No Future en 1977, prônant le DIY, le Do It Youself, le Putain mec, tout part en couilles et tu ne peux compter que sur tes fesses  alors fonce sans te retourner et n’attend rien de cette société de merde.

Et ce n’est pas Margaret Thatcher qui allait les contrarier, les sniffeurs de colle. Avec la dame de fer, il y aurait aussi le sida, la coke et les yuppies, ancêtres des traders. Il y aurait aussi, en vrac, Julie et Melissa, le Rwanda, les Balkans, les raves, Kurt Cobain, les Palestiniens (encore eux… font chier!), l’ecstasy, la place de Tian’anmen (20 ans après Jan Palach), le mur de Berlin. La chute du mur de Berlin marquera le triomphe (définitif?) du capitalisme, le début du libéralisme sauvage, le début de la troisième guerre mondiale (guerre économique), le début d’un génocide globalisé.
Ma génération est ainsi passée de l’humour (sixties) au cynisme (eighties) en transitant par l’ironie (seventies).

En 2016, une étudiante m’interpella alors que je m’étonnais de leur « peur de faire » : Oui mais, m’sieur…nous, n’oubliez pas, on est la génération Julie et Mélissa. Ma génération de merde a fait fort, question transmission. Elle a érigé en fait de société ce qui n’était qu’un fait divers infiniment tragique. Désormais, les gosses n’iraient plus à l’école à pied, ne se baladeraient plus dans le parc d’en face sans adultes. Pas grave ! Il y aurait les jeux vidéos et internet. J’y vais fort ? Non, je n’y vais pas fort. Ma génération de merde a préféré ériger l’Émotion en règle d’or. Définitivement. Oubliant au passage de préciser à leur progéniture que, statistiquement, leurs gosses avaient nettement plus de chance de mourir d’un cancer du sein ou de cirrhose du foie que de se faire tripoter un jour la prune ou le zizi par Dutroux.  Que dans 85% des cas de pédophilie, on se tripote intra muros. Qu’il ne faut pas se méfier de monsieur Dutroux mais de papa Dutroux et de tonton Dutroux.  Au même moment, c’était le bordel en Tchétchénie et en Palestine. Ça dégommait à donf. Des centaines de corps en charpie, violés, ignorés.

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s