Quand les Hommes sortent du boulot

17h27. Des mecs de la Province se bourrent la gueule à la sortie du boulot. Ils parlent de l’enterrement de X où l’autre a vomi sans arrêt pendant 1h30. L’autre dit qu’il a maigri de 2 kilos sur ce coup-là. Ça fait une heure qu’ils se bourrent la gueule. L’autre parle de l’enterrement de sa mère. Il a bu là aussi. Apparemment sans vomir. De temps en temps, claque un SALOPE ou un CONNASSE. Voire les deux, en stéréo. C’est qu’on a le sens de la mise en scène à la Province. Pas de femmes chez les bleu-blanc-belge. Comme dans les bistrots arabes. Les femmes, elles attendent leur chéri sur le trottoir d’en face.
Près de la porte, à gauche en entrant, parallèlement à la vitrine, un mec à lunettes tapote sur le clavier de son notebook. Il semble écrire. Pour de vrai, il copie-colle. 17H56. Encore le verbe vomir qui surgit du bar. Difficile de savoir s’il s’agit de l’impératif ou du substantif. Le mec qui copie-colle n’a pas entendu de point d’exclamation. Le mec à lunettes, il copie-colle des bouts de textes autobiographiques d’étudiants. Pour un bouquin qui sortira le 11 mai. 18H00. Le journal. La voix du journaliste s’insinue le long des voix du bar. Il parle d’un attentat à Londres. Les mecs qui vomissent s’en foutent. Tout le monde s’en fout. Le mec à lunettes veut en savoir plus. Il va sur internet suivre le fil d’actualités du Soir. Une femme décédée et plusieurs blessés. Il commande un Orval. Pour oublier que le mec à sa gauche pue. Il pue la bière depuis presque deux bonnes heures. Il pue le pas propre, aussi. Il doit en être à son troisième ou quatrième cts.

Le mec au notebook se dit qu’il faut faire quelque chose avec tout ça. Tom Petty, Bruce Springsteen et Dire Straits ont remplacé la voix du journaliste. 18H24, le mec qui pue la bière et le pas propre va fumer une cigarette dehors. Il a déjà été pisser ses deux premiers cts. Au bar, les voix de la Province se font plus grasses, plus lentes. Avec des rires qui sentent le vomi à venir. Le vomi qui n’est pas encore prêt, qui prend tout son temps. Y a même une voix qui éternue 3 ou 4 fois d’affilée. Pas du tout discrètement. Évidemment. Y a deux des mecs de la Province qui sortent. Y en a un qui sort des clés de voiture de la poche droite de son veston. Punk’s not dead.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s